LA CHAPELLE ET VILLAGE DE PRIGNY

  • 1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-2-14314
  • la chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiers
  • la chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiers
  • la chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiers
  • la chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, monument historique classé, les moutiers en retz, moutiers
  • chapelle, prigny, église saint-jean-le-baptiste, monument historique, patrimoine, les moutiers
  • chapelle prigny, eglise st jean le baptiste, jep, journées européennes du patrimoine, moutiers, les moutiers en retz
  • 1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-9-14312
  • 1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-4-14313
  • 1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-11-14315
1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-2-14314la chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiersla chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiersla chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, les moutiers en retz, moutiersla chapelle de prigny, prigny, eglise st jean le baptiste, monument historique classé, les moutiers en retz, moutierschapelle, prigny, église saint-jean-le-baptiste, monument historique, patrimoine, les moutierschapelle prigny, eglise st jean le baptiste, jep, journées européennes du patrimoine, moutiers, les moutiers en retz1607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-9-143121607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-4-143131607-les-moutiers-chapelle-de-prigny-melanie-chaigneau-11-14315

Présentation

Flânez dans ce charmant petit village datant du moyen-âge, aux ruelles étroites et aux vieilles pierres. La chapelle, classée monument historique, est un joyau historique qui révèle toute l'histoire de la commune...
Découvrez le village de Prigny et ses rues bordées de hauts murs des XIVème et XVème siècles, recherchez les pierres de lest apportées par les navires du nord, ainsi que les anciens puits et les anciens moulins à vent. Découvrez la chapelle, qui est en fait, la première église des Moutiers car jusqu'au XIème siècle, les Moutiers ne furent qu'un simple faubourg de Prigny.

Situé dans l'ancien rivage du golfe de Machecoul, Prigny domine le marais Breton. Durant la conquête romaine, la ville fut fortifiée et devint un "oppidum" surveillant la Baie de Bourgneuf et les 2 voies romaines y aboutissant.

La chapelle est en fait la première église des Moutiers-en-Retz : l'église Saint Jean le Baptiste. Elle est dénommée aujourd'hui chapelle par les habitants, du seul fait de sa petite taille. Datant du XIème siècle, la chapelle de Prigny est un édifice trapu où les quatre ouvertures sont de plein cintre : détail révélateur de son style roman primitif.
Le clocher est postérieur et servit probablement de tour de guet aux templiers puisqu'il domine la Baie de Bourgneuf et le Marais Breton. D'entrée, vous apercevez les retables du XVIIème siècle caractéristiques de l'art baroque et véritables trésors de cet édifice ainsi que l'ancre viking.
 
  • Visite guidée de la chapelle de Prigny par l'association Les Mercredis de Prigny : en juillet et août, tous les mercredis de 14h à 18h (rdv devant la chapelle).
  • Concert de musique classique organisé par Les Mercredis de Prigny : en juillet et août, tous les mercredis à 21h.
  • Pour les groupes : visite guidée, toute l'année, sur réservation auprès de l'association Les Mercredis de Prigny : 02 44 06 50 10.

Une fois par an a lieu le traditionnel pèlerinage interparoissial de Pornic, un dimanche du mois de juin. La messe est célébrée en plein air, en matinée.
Plus d'informations : www.saintjeanlebaptiste.fr
 
L'HISTOIRE DE LA CHAPELLE DE PRIGNY EN DETAIL

La chapelle

lle date du XIème siècle. Elle est longue de 17m60 et large de 6m90. Contrairement aux églises de cette période, celle-ci n'est pas orientée. Elle est construite Nord-Sud. Personne, parmi les auteurs qui ont étudié Prigny, ne comprend la raison de ce manque d'orientation. Peut-être le château voisin empêchait-il une ouverture le long de son mur : pure hypothèse. Ses ouvertures accusent le roman primitif, de même que le contrefort placé de biais au coin sud-ouest de la façade. D'autres contreforts soutiennent les murs à l'ouest et témoignent du pré-roman. Les ouvertures rares et de plein cintre, confirment l'ancienneté de l'édifice. Au sud face au marais breton, une large porte en « anse de panier », la porte principale de la chapelle est surmontée d'une fenêtre et, au sommet du pignon, d'un oculus. Des armoiries, usées par l'érosion éolienne, absolument illisibles, sont peut-être celles des sires de Rais ou, par leur drapé, celles de quelque abbé commendataire. Vous pouvez pénétrer par la porte secondaire latérale située à l'est. En face de vous une autre porte donne accès au clocher. Cette vaste pièce de 50m2, avec une grande cheminée, servit un temps d'habitation au curé, lorsque la conventualité cessa à l'abbaye (la Bouie)...Les murs épais de la chapelle sont blanchis à la chaux, comme l'était jadis les maisons du pays. Quatre fenêtres éclairent le bâtiment dont la voute de bois laisse apparaître de grosses pièces de charpente. Sur l'une est gravée la date d'une restauration : 1641.

Le clocher
Masse carrée de 7m de coté, avec sa hauteur de 10m, il forme un cube de maçonnerie, sans aucune ouverture extérieure. Il est postérieur à l'église elle-même et semble avoir servi de tour de guet pour les Templiers qui furent un temps la maréchaussée ducale, chargés de la police de la route, de la surveillance des marchands et des pèlerins.

La pierre à cochons
Dès le haut Moyen-Age un cimetière existait déjà autour de l'église. Dans le mur d'enclos, à l'est, face à la porte latérale, vous apercevez une échancrure fermée à mi-hauteur par une dalle de schiste. C'est une « pierre à cochons ». Jadis les cochons pacageaient sur les communaux autour des lieux de culte. Mais les cochons avaient la mauvaise habitude de pénétrer dans les cimetières où ils déterraient parfois les morts. Le duc de Bretagne avait donc demandé de mettre à l'entrée une pierre que les chrétiens pourraient enjamber, mais qui condamnerait l'accès aux porcs.

Les trois autels
La richesse de cette église se trouve dans les trois autels du XVIIème siècle.
Le maître autel est dédié au patron de l'église Saint-Jean Baptiste. C'est un retable composé de colonnes, de niches, de guirlandes. Au sommet nous voyons saint Jean et son agneau. De chaque coté de cet autel principal, deux statues : saint Luc l'évangéliste et saint Marcoul, abbé de Nanteuil. Le tableau central a disparu. Lors de la restauration en 1876, on plaça sur l'autel un Christ avec une Vierge des Douleurs et l'apôtre saint-Jean. Le tableau central était un ciel étoilé, car au XIXème siècle on ne concevait pas de calvaire sans ciel étoilé. Un tabernacle de bois, très orné dans le goût du XVIIIème siècle. Une inscription à l'intérieur indique : « Fait par moi, A.Leblanc, maître menuisier à Nantes, ce 28 août 1852 ». C'est l'époque de Louis XV, qui fut l'âge d'or de la paroisse Saint-Jean Baptiste. Parlant de ce retable le chanoine Russon écrit : « l'ensemble, peint de couleurs vives, est imposant de grâce et de majesté, avec ses six colonnes aux chapiteaux corinthiens enjolivés de volutes, avec ses têtes d'angelots joufflus, avec ses vases, d'où s'échappent des flammes ardentes. C'est la noble et agréable ordonnance du Grand Siècle. » Dans le choeur, il faut encore signaler une crédence en pierre aménagée dans le mur latéral. Elle remonte au XIVème siècle. Au-dessus un grand Christ de l'école espagnole sans doute du XVIIème siècle, étend largement les bras, contrairement aux christs d'inspiration jansénistes. Le maître-autel est orné en son milieu de la croix de Malte, qui nous rappelle la longue présence des templiers et de leurs successeurs sur le site de Prigny. Ce même autel est surmonté de trois miroirs : l'un au-dessus du tabernacle et les deux autres aux extrémités. Leur but était de multiplier le luminaire avant l'apparition de l'électricité. Ces autels à miroirs sont rares. Il en existe un autre à St-Aignan-de-Grand-Lieu. Ils sont plus nombreux en Normandie. Au fond de l'église est accrochée une ancre de Viking, enterrée près de l'église avant le départ des Normands en 938, retrouvée avec trois autres à la fin du XIXème siècle...
Les deux autels latéraux sont de même style et de la même époque, le XVIIIème siècle. Celui de gauche, dédié à la Vierge, présente un retable classique en pierre polychromée, mais les quatre colonnes corinthiennes sont ornées à leur base : fleurs feuillages et angelots tenant dans leur bouche des guirlandes de fruits. Les niches latérales abritent un saint Joseph avec l'Enfant Jésus (deux statues séparées formant un seul groupe) et un saint Germain. L'autel est surmonté d'une Vierge en bois polychrome, Vierge Normande remontant à l'époque où la baie de Bourgneuf ravitaillait en sel les greniers du roi à Rouen. Elle est caractérisée par une tête large, un enfant Jésus « grandillet » grand et laid, (oreilles décollées tête étroite), un manque de regard maternel entre la mère et le fils. Enfin le voile de la Vierge est court. Le déhanchement annoncerait un XIVème siècle. D'après les spécialistes, cette statue serait pourtant antérieure, probablement fin XIIIème siècle, époque de la prospérité de la baie du sel. Fut-elle sculptée en Normandie, ou chez nous par un artiste normand ? Nous ne pouvons le dire. Cette statue fut restaurée en 1966 par les Beaux-Arts. e retable de droite, est renommé par ses deux statues, celle de saint Augustin en haut, à droite celle de saint Guénolé, et à gauche celle de saint Antoine de Padoue. Saint Guénolé fut le fondateur au Vème siècle de l'abbaye de Landévennec près de Brest. Cet abbé breton – dont le nom signifie « tout blanc » - fut au Moyen-Age le patron des paludiers de la région de Guérande. Comme les relations étaient continuelles entre ce pays du sel et notre baie, les sauniers du Pays de Retz prirent également Guénolé pour patron. Mais à Prigny l'on ne parlait pas breton. Guénolé ou Gwénolé devint donc Guinolet. C'est pourquoi les textes anciens concernant notre paroisse mentionnent toujours : saint Guinolet. Il est invoqué par les jeunes filles qui désirent un mari. Piquer le pied du saint permet à la demoiselle de trouver l'âme soeur.

Extrait de l'ouvrage d' Emile Boutin "Les Moutiers en Retz", en vente au Bureau d'Information Touristique des Moutiers-en-Retz.
Informations
  • PERIODE DU SITE OU MONUMENT :
    • Autre (à préciser) Roman, XIeme siècle
  • DETAIL DU PATRIMOINE RELIGIEUX :
    • Chapelle
    • Eglise
  • VISITES :
    • Visites individuelles libres
    • Visites goupes libres
    • Visites individuelles guidées
    • Visites groupes guidées
  • ANIMAUX :
    • admis
    • Tenus en laisse uniquement
  • ACCESSIBILITE :
    • site accessible avec aide
  • COMMUNES :
    • Les Moutiers en Retz

Tarifs

  • Paiement(s) accepté(s) :
    • Espèces en Euros
    • Chèques bancaires et postaux

Localisation

Destination
LA CHAPELLE ET VILLAGE DE PRIGNY
Route de l'abbaye
Prigny
44760
LES MOUTIERS EN RETZ
Coordonnées GPS
Latitude : 47.06626
Longitude : -1.98141

Avis

Coordonnées
LA CHAPELLE ET VILLAGE DE PRIGNY
Route de l'abbaye
Prigny
44760
LES MOUTIERS EN RETZ